Je vous propose de tout connaître sur un parcours en avion, en phase de déconfinement.

Girl at the airport window

Le mode d’embarquement possible

Cela peut se traduire par un processus d’embarquement totalement différent. Du fait de la distanciation sociale, l’embarquement peut durer jusqu’à 4 heures.

En effet, l’assainissement des passagers et celui des bagages est chronophage. De plus, plusieurs espaces doivent être élargis pour accueillir les files d’attente diverses.

Cela va entraîner inévitablement un ralentissement des fréquences de vol par respect des mesures sanitaires au niveau des aéroports. Sur le court terme, cela peut affecter la réduction du nombre de passagers.

En effet, les compagnies aériennes vont être contraintes de réduire le nombre de destinations, afin de proscrire les retards.

Les mesures concrètes envisageables

Il faut s’attendre à l’interdiction des sacs cabine, des lounges. Le surclassement  automatique sera supprimé.

Les masques de protection et les gants chirurgicaux seront de rigueur. Cela va favoriser l’auto-enregistrement et l’auto-dépôt des sacs.

Des passeports d’immunité seront nécessaires ainsi que des tests sanguins sur place. Les passagers auront droit à des tunnels de désinfection sanitaire.

Le recours aux nouvelles technologies

Le futur du transport aérien est fortement associé aux technologies numériques et à l’automatisation. L’usage indispensable de l’embarquement biométrique va autoriser l’embarquement exclusivement grâce au visage du passager.

Par ailleurs, cette technologie va réduire sensiblement les points de contact. Cet outil biométrique est déjà usité par des enseignes comme British Airways, Qantas et EasyJet.

D’après le WTTC ou Conseil Mondial au Voyage et du Tourisme, la norme à adopter par des terminaux comme Heathrow, JFK et Singapore Changi font uniquement appel à l’enregistrement en ligne et aux paiements sans contact.

Les changements plus contraignants à prévoir

De nombreux aéroports vont interdire l’accès aux non-voyageurs, sauf aux mineurs non-accompagnés ainsi qu’aux personnes sous assistance. Ces derniers requièrent des procédures biométriques plus complets.

En parallèle, un système DIY performant doit être mis en place pour les bagages, l’application des bulles de voyage. Les comptoirs de service d’accueil peuvent accueillir du plexiglas ou tout type de barrière protectrice.

Il est possible de procéder à l’installation de points d’hygiène destinés aux mains. Pour leur part, les scanners thermiques permettent le contrôle de température des passagers des aéroports.

Les avions peuvent disposer de sièges bloqués, de pulvérisations électrostatiques, des tenues de protection pour le personnel. En effet, les voyages vont cibler les séjours nationaux, puis les pays régionaux avant de revenir aux destinations à travers la planète.

Dénichez d’autres thèmes ici.

Crédit Photo : lejdd.fr & assistance-vol.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *