La randonnée pédestre et le trek sont des disciplines sportives de plein air qui mettent toutes les parties du corps à grande contribution. La pratique de ces activités requière des équipements fonctionnels et sécuritaires.

Le bâton constitue un accessoire incontournable pour les marcheurs. Il est primordial de s’équiper d’un bâton spécial conçu pour la marche en pleine nature et en terrains difficiles.

Les bâtons de randonnée ou de trek intègrent plusieurs caractéristiques spécifiques qui en font des équipements sécuritaires et fonctionnels idéals :

Le matériau de fabrication des tubes

Le bâton doit allier légèreté, compacité et robustesse pour assurer parfaitement ses fonctions. Ces caractéristiques sont fournies par le matériau de fabrication. Les bâtons de marche sont généralement faits en alliage d’aluminium ou en fibres de carbone.

L’alliage d’aluminium se distingue par sa grande robustesse à toute épreuve et son prix bas. Le carbone s’illustre par sa légèreté accrue mais présente une résistance plus faible et un coût plus élevé en comparaison à l’aluminium.

Les brins

Le tube du bâton de marche peut être constitué d’un seul ou de plusieurs brins. Le bâton télescopique ou pliant à 2, 3 ou 4 brins, doté d’un système de serrage à vis, à clips ou en pliage avec des élastiques, est le plus approprié pour une randonnée ou un trek.

Ce type d’équipement dont la hauteur est réglable permet au randonneur de bénéficier d’une stabilité optimale sur tous les types de terrains : plats, en pente ou en montée. Les bâtons multibrins sont également plus compacts et se range, ainsi, facilement dans le sac.

La poignée

La poignée constitue le point d’appui du corps et du bâton. Cet élément se doit d’être confortable en plus de fournir un maintien ferme. Le randonneur a le choix entre les poignées en plastique ou en caoutchouc : très résistants mais pas assez confortables et les poignées en mousse ou en liège offrant un contact doux et agréable ainsi qu’une importante absorption de la transpiration.

La forme de la poignée est également déterminante pour l’aisance du marcheur. Une poignée ergonomique présentant des courbes qui épousent la forme de la paume de la main accroit le confort de l’utilisateur.

La dragonne

La dragonne, cette sangle à accrocher au niveau du poignet, est toute aussi importante que la poignée. Cet élément permet à l’utilisateur de ne pas perdre son bâton et de ne pas avoir à poser son bâton lorsqu’il doit se servir de ses mains pour boire, pour manger, pour prendre des photos.

La dragonne sert également d’appui supplémentaire pour soulager la main pendant la marche sur des terrains faciles.

La pointe

La pointe constitue le point de liaison du sol et du bâton et se doit, alors, de fournir une accroche solide pour garantir l’équilibre du randonneur. Ce dernier peut choisir entre une pointe en acier : très résistant, en caoutchouc : stable et anti dérapant ou en carbure de tungstène alliant robustesse et durabilité ou opter pour un bâton à pointes interchangeables.

Les accessoires

Les accessoires sont utiles pour optimiser l’efficacité du bâton de randonnée.

La rondelle évite d’enfoncer une grande partie du tube dans un sol mou ou enneigé.

Le protège pointe est utile pour éviter de rayer, voire de déchirer le sac, les autres équipements et les effets personnels lorsque le bâton est rangé. Cet équipement sert également à protéger la pointe sur des terrains très durs comme le goudron et les dalles rocheuses et sur des sols très sensibles. Les pointes métalliques sont strictement interdites dans les aires protégées. Le protège pointe s’avère donc indispensable pour le randonneur qui a choisi un itinéraire passant par un parc national.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *