Pour circuler librement sur le continent européen, le pass sanitaire dédié est pratique. Je vous invite à mieux le connaître.

Une proposition émanant des pays européens

Face à des campagnes de vaccination inégales entre les pays membres, l’ensemble des Etats a adopté un pass sanitaire commun. Dans les faits, 33 pays ont adhéré à ce dispositif.

Ils sont constitués par tous les Etats membres de l’UE ainsi que l’Islande, la Norvège, la Suisse, le Liechtenstein, Saint Marin et le Vatican. A la base, la proposition émane de la Commission Européenne.

Une instauration récente

L’entrée en vigueur du pass sanitaire européen date du 1er juillet 2021. En fait, le dispositif cible la simplification du retour à la libre circulation sur le continent.

C’est un document gratuit. De plus, il est accessible à tous les européens.

Il intègre trois types de données Immunitaires. Il s’agit des preuves de vaccination, des tests PCR ou antigéniques négatifs ainsi que des certificats de rémission du Covid-19.

Par ailleurs, la            conception du certificat numérique Covid respecte les règles européennes en termes de protection des données et de non-discrimination.

L’objectif du pass sanitaire européen

En centralisant les informations immunitaires des voyageurs, le certificat numérique Covid vise un haut niveau de sécurité sanitaire. En effet, la libre circulation des personnes est possible depuis la levée des restrictions précédemment instaurées par les 27 Etats membres.

Dans un avenir proche, le certificat numérique peut être étendu à des pays tiers. Ainsi, il va permettre à des ressortissants étrangers de circuler sur l’ensemble du territoire de l’Union Européenne.

Les règles communes aux pays membres

Le certificat numérique intègre la prise en compte des injections faites avec les quatre vaccins approuvés par l’EMA ou Agence Européenne des Médicaments. Cela concerne Pfizer/BioNTech, Moderna, Astra Zeneca et Johnson & Johnson.

En parallèle, les normes permettent de disposer d’un minimum d’harmonisation au niveau européen.

A propos des dispositifs complémentaires

Entretemps, les Etats membres de l’Union demeurent libres d’imposer une quarantaine ou toute forme de restriction au détenteur du Certificat numérique Covid. Le pass sanitaire n’est pas obligatoire.

Il n’est pas indispensable pour voyager sur le territoire de l’Union. Il permet d’éviter la période d’isolement à l’arrivée dans un Etat membre.

De plus, il est possible pour les pays d’ajouter d’autres vaccins. C’est le cas de la Hongrie qui a inclus le vaccin russe Spoutnik V et le vaccin chinois Sinopharm.

Retrouvez d’autres options ici.  

Crédit Photo : fr.euronews.com & lameuse.sudinfo.be

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.