Malgré l’engouement pour le camping car de seconde main, plusieurs critères permettent de préciser son choix. Je vous propose les précautions à prendre.

Les besoins et le type de vendeur

Au départ, il convient de déterminer ses propres besoins. Cela inclut le type de carte grise, le nombre de places nécessaires, la charge utile.

Il ne faut pas négliger le type de couchage, le double-plancher, les différents équipements. Ces critères sont valables également pour un camping neuf.

Par ailleurs, la transaction avec un particulier est similaire à celui d’un professionnel, au niveau du prix. De plus, il faut toujours demander à l’ex-propriétaire l’usage réel accordé du camping-car.

Quant au professionnel, il est prié de procurer un camping-car en bon état de fonctionnement. Comme la révision de l’engin est obligatoire, le professionnel fournit majoritairement des extensions de garantie.

Ainsi, il faut vérifier les risques couverts avec la garantie.

L’examen approfondi du camping d’occasion

Cet examen débute par l’état de la carrosserie. En effet, le camping car admet souvent une structure en bois sensible à l’humidité.

Il faut déceler les traces sur les parois de la cellule, à l’intérieur et à l’extérieur de l’habitacle. Il faut également prêter attention aux odeurs suspectes.

A l’intérieur, il convient d’ouvrir toutes les portes, de bien regarder dans le fond des placards, de contrôler l’état du matelas et de tester les banquettes, au niveau de l’assise.

L’état des équipements en question

Il faut bien ausculter les batteries, le réfrigérateur, la climatisation cabine. Il ne faut pas oublier le lave-vitre électrique, le réchaud à gaz, le chauffe-eau.

De plus, il faut allumer tous les points lumineux et faire fonctionner les divers robinets. En ce qui concerne le porteur, il convient d’ouvrir le capot, détecter les fuites éventuelles, contrôler l’usure des pneumatiques.

Par ailleurs, il faut aussi vérifier les phares, les clignotants, le bon état du pare-brise. En parallèle, il faut faire tourner le moteur, voire faire un essai du camping-car sur la route pour observer sa réaction.

Les autres points à distinguer

Les factures d’entretien témoignent du respect des rendez-vous techniques par le vendeur. Côté prix, il faut se renseigner sur la côte officielle pour connaître la valeur exacte du véhicule.

Evitez les modèles trop personnalisés. En effet, il faut toujours penser à la revente du véhicule.

Au niveau du kilométrage, un camping-car effectue une moyenne de 12 000 km annuel. Les moteurs actuels peuvent facilement atteindre 200 000 km sans difficulté et être une bonne occasion.

Plus de conseils sont disponibles en cliquant ici.

Crédit Photo : auto-moto.com & creapills.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *